École alternative: un survol



 
S’informer pour mieux choisir
Les parents déçus par les écoles primaires et secondaires traditionnelles, ou désirant offrir à leur enfant une éducation différente de celle qu’ils ont reçue, considèrent alors d’autres avenues. En plus des écoles internationales et autres établissements publics proposant certains programmes d’enrichissement (musique, sport, arts…), ils pourraient opter pour l’approche résolument distincte des écoles alternatives.

Incorporées dans le réseau public, donc sans les frais d’inscription onéreux des établissements privés, ces dernières sont de plus en plus populaires. On en dresse ici un bref portrait.

Un apprentissage personnalisé
Au Québec, le Réseau des écoles alternatives du Québec (RÉPAQ) compte plus d’une trentaine d’établissements. Ces derniers proposent chacun une démarche pédagogique qui leur est propre, se fondant néanmoins sur des valeurs et principes communs. Au cœur de leur approche: le rythme d’apprentissage unique de l’élève. Qu’il soit plus lent ou plus rapide, ou qu’il diffère selon la matière, les intervenants – parents inclus – le respecteront, s’y adapteront.

4_INTERNAL
Le RÉPAQ présente le mandat de l’école alternative en ces termes: «[elle] a pour mission d’offrir au jeune un environnement adapté à ses besoins et à ses intérêts.» Les progrès de l’élève sont ainsi évalués selon une grille personnalisée. Exit les rivalités fondées sur les notes; la différence de chacun est célébrée, ses talents uniques, encouragés. Rafraîchissant!Des parents impliqués
L’école alternative incite les parents à coopérer activement à la vie scolaire. S’insérant dans une approche fondée sur la coopération, ceux-ci  – autant que les enseignants, les membres de la direction et même les autres camarades de classe – auront ainsi à fournir davantage de temps et d’énergie pour l’éducation de leur enfant. Concrètement, il n’est pas rare que maman ou papa soit appelé à se présenter quelques heures à l’école, à tous les mois.

En ce sens, le choix de l’établissement est primordial. Parce que si les écoles alternatives ont une mission commune en termes de stratégies pédagogiques, les moyens pour les mettre en œuvre ne sont pas tous les mêmes. Par exemple, on apprend sur le site de la RÉPAQ qu’une école publique alternative peut accueillir entre 40 et 500 élèves… deux environnements scolaires, donc deux quotidiens pour vos petits, qui diffèreront totalement!

Les défis d’une éducation différente
La performance académique n’est pas prise en compte lorsque vient le moment de départager les candidats, qui sont annuellement plus de 2 000 au Québec à vouloir intégrer une école alternative. Un processus de sélection est tout de même de mise, puisque les places sont limitées. Les familles devront ainsi se présenter à une ou plusieurs entrevues et répondre à un questionnaire, dans l’objectif de connaître leur niveau d’adhésion au modèle éducatif proposé par l’établissement. Ainsi, plusieurs parents dont l’enfant n’est pas admis suite au test de sélection risquent d’être désappointés.

Autre défi: le transport, qui bien souvent doit être garanti par les parents. La proximité de l’école sera donc un critère déterminant pour plusieurs d’entre eux.

Pour plus d’information à propos des écoles alternatives, consultez le site de la RÉPAC en cliquant ici.

Contenu connexe

Category: art de vivre
Comments are disabled