Nouvelle maman: comment survivre à la fatigue



 
Le petit guide du lâcher-prise
On nous le disait encore et encore alors qu’on était enceinte: «profites-en donc pour te reposer!» Le problème, c’est qu’on n’avait pas la tête à faire des siestes à l’infini. On courait plutôt partout, sûrement afin de combler l’attente. L’attente! Et puis boom, cette petite personne est arrivée, et dès que l’adrénaline est tombée on s’est senties au bout du rouleau. Toi aussi?

Donnez-vous une chance

On vit bel et bien dans un monde de performance. On cherche constamment à se dépasser, souvent en oubliant que c’est nous-mêmes qui nous imposons ces objectifs parfois excessifs. Et si on commençait par laisser tomber la pression? Par mettre de côté nos manières de super-héros, ne serait-ce que pour quelques semaines?
Pour y arriver on doit d’abord oublier ces illusions de la mère parfaite. Après tout, dans la vie, la vraie de vraie, il n’existe pas de filtre comme dans Instagram. Oui, «elles» sont belles avec leur nourrisson, tout sourire et parfaitement maquillées, mais n’oublions pas qu’elles ont leurs moments, elles aussi.On peut plutôt choisir de vivre dans le véritable, dans l’ici et maintenant. De respirer un grand coup et de plutôt chercher la beauté dans ces moments dangereusement authentiques, sans mascara, sans fla-flas.Demandez de l’aide, par pitié!
Vous ne voulez sûrement pas vous détacher de votre bébé. Vous avez l’impression que vous êtes sa source ultime de bonheur, et vous avez raison. Mais pour que votre enfant soit apaisé, il faut d’abord que vous le soyez vous aussi. Après tout, vous ne pourrez carburer sur vos réserves d’énergie encore longtemps.«Se détacher», facile à dire, ça c’est vrai. Mais l’avantage de cette situation de fatigue, disons inhabituelle, c’est que vous n’aurez besoin que d’une sieste de 30 minutes ou d’un simple bain pour vous sentir énergisée à nouveau.

Demandez à quelqu’un en qui vous avez pleinement confiance de sortir prendre une marche avec votre bébé. Aussi cruel que cela puisse paraître, c’est seulement si vous n’entendez pas ses gargouillis que vous pourrez réellement vous reposer. Par la suite (et on parle ici de quelques minutes!) les retrouvailles seront majestueuses.
Ça passera
Votre tête est peut-être lourde et votre ventre flasque mais, non, ce ne sera pas comme ça à jamais. Soyez indulgente envers vous-mêmes. Vous avez vécu un accouchement, ne l’oubliez pas. L’expérience a certainement été très physique et hyper difficile pour votre corps. Vous vivez un grave déficit de sommeil aussi, mais ça passera.

Au fur et à mesure que le temps avancera, les boires s’espaceront, puis les nuits finiront par être complètes. S O U L A G E M E N T. Et, à coup de nombreuses premières fois viendront les grandes transformations. Chacune d’entre nous vit la maternité de façon différente, et tous les bébés sont uniques, il est simplement primordial pour notre moral de se rappeler qu’on se retrouvera bientôt, qu’on regagnera notre tête, notre énergie et notre corps.

Ne jamais sous-estimer les hormones
Enceinte, la majorité des femmes sont bien, parfois même euphoriques. Pour ça, remercions les hormones. C’est le taux de progestérone qui est alors considérablement plus élevé. Et puis, suite à l’accouchement, il chute dramatiquement, ce qui donne un choc au corps. Avant de retrouver l’équilibre hormonal, ça peut prendre plusieurs mois.

Mais le simple fait de considérer cette cause qui est hors de notre contrôle lorsqu’on vit un moment de déprime fait du bien. Vous voyez, encore une fois, le lâcher-prise! Et si on admettait notre fatigue, nos moments d’angoisse, de peur, et qu’on réalisait que la plupart des femmes vivent les mêmes émotions, ne serions-nous pas plus douce envers nous-mêmes?
Soyez patiente avec lui (oui!)
Rares sont les hommes qui réalisent l’état réel de leur amoureuse alors qu’elle vient d’accoucher. Même les plus apathiques et dévoués se permettent de laisser s’échapper un «je suis tellement fatigué». Boum! Vous pouvez dépenser des tonnes d’énergie (du moins ce qu’il en reste) à lui prouver que vous êtes encore plus brûlée que lui, ou simplement user de patience.

Cela dit, il demeure primordial de vous reposer, ce qui serait difficile sans son aide. Alors, un conseil: lorsque vous vous sentirez frustrée, laissez tomber la poussière avant de manifester votre droit au sommeil. Avec un peu de recul, le message risque de passer plus efficacement. Et la bonne nouvelle c’est que la relation du père avec votre enfant grandira à tous les jours, alors tranquillement il sera alors en mesure de prendre allègrement toute la place qui lui revient.

Sortez même si vous n’en avez pas envie  
Qu’importe la température qu’il fait à l’extérieur, sortir ne serait-ce que rapidement de la maison fera un bien fou à la mère et sa progéniture. Vous êtes fatiguée, vous n’avez envie de croiser personne, ok. Passez par-dessus tout cela et obligez-vous à prendre l’air et à voir des gens. À chaque fois vous vous demanderez ensuite pourquoi vous ne l’avez pas fait avant.

Parole de maman, pas si nouvelle que ça, on finit par plutôt bien s’en sortir!

Contenu connexe

Comments are disabled