Ode au talon plat



 
Les souliers de course, les chaussures sans lacet et les espadrilles: ils ont tous un talon plat, et sont devenus quasiment aussi glamour que le sempiternel talon haut. Voilà une alternative qui s’avère de plus en plus appropriée pour s’agencer aux looks les plus luxueux et aux vêtements classiques, qui jadis ne se portaient qu’avec un escarpin.

Je suis une adepte inconditionnelle des chaussures à talon haut. J’ai d’ailleurs commencé à en porter longtemps avant de m’initier au maquillage. Au cours des dernières années, rares sont les occasions où j’ai porté des souliers à talon plat; tellement que lorsque je descends de mes talons aiguille et que j’enfile une chaussure plus près du sol, mes proches en sont inquiets. Ils se disent que je ne dois pas bien aller pour trahir ainsi mes habitudes. Oui, les talons hauts font à ce point partie de mon esthétique mode.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles, non seulement moi, mais toutes les fans finis des talons hauts, les préfèrent aux chaussures à plates: l’illusion de grandeur, une meilleure posture et le sentiment d’être sexy, forte et en pouvoir, pour en nommer que quelques-unes.

Adeptes des souliers de course, de gauche à droite: deux looks vus à l’extérieur des défilés à Milan, et un look de la collection DKNY printemps 2014 tiré des passerelles durant le Mercedes-Benz Fashion Week.

Mais, il existe ce paradoxe: le talon haut peut nous procurer un sentiment d’émancipation, tout autant qu’il peut nous donner l’impression d’être prisonnière. Est-ce qu’il nous permet d’avancer dans la vie, ou limite-t-il notre mobilité? Est-ce qu’il améliore notre confiance en soi, ou lui nuit-il? Cela dépend de la perception que vous en avez.Même si personnellement, je ne me suis jamais sentie prisonnière de mes talons hauts, après plusieurs années à les avoir portés tous les jours, je ressens maintenant une attirance envers leur opposé. C’est peut-être la fatigue d’avoir porté une chaussure si chic au quotidien, ou l’envie d’enfiler des souliers plus légers, aériens et appropriés pour la saison. Ou encore l’influence des tendances, ou simplement le fait de ne pas vouloir abimer ne serait-ce qu’une seule paire de talons hauts de plus dans les rues montréalaises infestées de nids de poule.

Dans tous les cas, les souliers à talon plat, qui jusqu’à maintenant n’étaient jamais arrivés à être aussi élégants qu’une paire de talons hauts, réussissent maintenant à offrir du piquant à notre style. D’ailleurs, je dirais même qu’ils arrivent presqu’à rivaliser avec le classique talon haut. Presque, car en réalité, il n’y a pas grand chose qui puisse lui arriver à la cheville, à ce talon haut.

Parmi l’offre de chaussures à talon plat de la saison, on remarque des souliers de course, des chaussures sans lacet, des modèles ouverts à l’arrière, des mocassins, des sandales et des espadrilles; ils arborent tous des imprimés luxueux, des couleurs et finis riches, et des fioritures amusantes. Ils se rapprochent plus de l’extraordinaire que de l’ordinaire, et nous offrent une solution étonnamment idéale, voire un peu excentrique, pour agencer nos tenues habillées.


Mode, art, architecture, design, télé et cinéma: Katia Jean Paul est une chroniqueuse montréalaise qui jette un regard critique sur ses nombreuses idées fixes, évoquant les dimensions esthétiques et culturelles de chacun de ses sujets. / Retrouvez Katia sur Twitter: @KatiaJeanPaul

Contenu connexe

Category: mode | Tags: , , , ,
Comments are disabled