Trousse de secours mode: les essentiels



 
Parée à toute éventualité
Situation cent fois vécue par plusieurs: en une même journée surviennent l’éclaboussure de vinaigrette sur le chemisier de soie, les grands cernes de transpiration attestant de la panne d’ascenseur et l’accroc au bas du pantalon, talons aiguilles obligent. Tout ça, alors qu’on avait bravement choisi d’enfiler nos chaussures les plus vertigineuses, donc les moins confortables! Pour ces moments où notre look impec du matin tend à devenir cracra, on a pensé faire l’inventaire de nos astuces qui sauvent la mise.
Gourmandise maladroite

À l’heure du lunch, on ne sait résister à tout ce qui s’accompagne de sauce. Sandwich dégoulinant le lundi, salade enjolivée d’une huile aromatique le mardi, spaghetti bolognaise le mercredi… Une tache pour tous les jours de la semaine, quoi!

Les géants de la lessive viennent ici à notre secours. C’est leur créneau, après tout! Dans notre sac, donc, peut toujours être trouvé un détachant instantané (cliquez ici pour zieuter notre favori).  Dès que la tache survient, on retire d’abord l’excédent d’aliment à l’aide d’une serviette sèche, et on y applique une bonne dose de produit détachant. On frotte ensuite doucement, en respectant la matière, la zone sinistrée avec ladite serviette, jusqu’à ce que le résultat soit à peu près satisfaisant.

De retour à la maison, on se dévêt vite du morceau accidenté et on ajoute une dose supplémentaire du produit repousse-tâche, qu’on fait pénétrer dans la fibre. Et hop! Sans attendre, on démarre une séance de lessive!

TROUSSE_INTERNAL

Transpiration excessive
On n’est pas toutes égales devant le phénomène de la sudation excessive. Mais peu importe notre débit de sueur, on a toutes déjà vécu un moment où l’application matinale d’antisudorifique ou de désodorisant n’a pas suffi. Ce qu’on en a retenu: avoir – constamment – un baume fraîcheur additionnel dans notre sac à main. Mais on peut faire mieux.

Pendant les grandes chaleurs estivales, lorsqu’on sait qu’une activité nous mènera à l’extérieure (aller cueillir une glace à la vanille à la pause d’après-midi, par exemple), on se vêt en conséquence. On dit alors «oui» aux hauts amples de couleur foncée, faits de matières naturelles. Mais par-dessus tout: on dit «non» à la fausse astuce de se coller des mouchoirs de papier ou des serviettes hygiénique sous les bras. À savoir: des ailettes de protection, spécialement conçues pour absorber la sueur avant qu’elle n’atteigne le tissu, existent; on peut même se les procurer en ligne, sur l’e-boutique du site leseffrontes.com!

Celles qui ont trop souvent le moral gâché par une transpiration abondante n’hésiteront pas à en parler à un professionnel de la santé, médecin ou pharmacien. Ils sauront vous outiller!

Contrariante déchirure
Parfois remarqués d’abord par notre entourage, certains accrocs à nos vêtements surviennent de façon mystérieuse. Tandis que d’autres font entendre un craquement sonore, ne laissant aucun doute. Peu importe leur gravité, ils sont toujours source de frustration.

Parce qu’on est loin d’en être à notre premier pépin du genre, un mini-kit de couture nous suit dans nos folles journées. Les fils et aiguilles sont réservés au raccommodage express de boutons «pendouillants». Les épingles de sûreté permettront quant à elles de rapprocher les extrémités d’une déchirure survenue dans un tissu épais et robuste, tel que le jean.  Pour les textiles légers ou fragiles, on préfèrera utiliser quelques bandelettes de ruban adhésif transparent, qu’on appliquera au revers du vêtement. Façon ni vue ni connue!

Contenu connexe

Category: mode
Comments are disabled